Actualités

Vallée de la Roya : cette vérité que les intempéries révèlent…

Depuis des années, les associations  Roya Expansion Nature (REN) et France Nature Environnement  (FNE PACA et  FNE 06) alertent les Pouvoirs Publics sur l’intérêt de prioriser le train plutôt que la route dans la vallée de la Roya.

Le communiqué de presse de l’Association REN repris ci-dessous, nous montre l’urgence de la situation.

« Le train gratuit jusqu’à Breil, demain Fontan. Espérons plus loin…Occasion encore unique de prouver son intérêt géographique, économique, humain. Poumon de la vallée, « ligne de vie ».

« Les officiels sont arrivés du haut de leurs hélicoptères et ont pu voir ce que quelques heures de pluie ont infligé à la route, en bas dans la vallée de la Roya. Il faudra des mois pour réparer, on n’ose pas dire des années. Les Pouvoirs Publics avaient maintes fois été alertés sur la faiblesse des soutènements de la route, délaissés depuis des décennies » : REN et FNE PACA ont par ailleurs soutenu un recours auprès des tribunaux demandant l’abrogation de la Déclaration d’Utilité Publique du doublement du tunnel de Tende et de sa prorogation, pour malfaçons des ouvrages et changements de fait majeurs. La tempête a démontré qu’aucun des travaux réalisés et pourtant chiffrés à au moins une centaine de millions d’euros n’avait été exécutés de manière adéquate. Mais quand même, c’est un choc ! On sait aussi que les pluies reviendront. De plus en plus souvent.

La voie ferrée, elle, a résisté: contrairement à la route aucune portion n’a été emportée, et SNCF Réseau mène les expertises sur la voie. Quatre jours après le déluge, elle représente le seul espoir de rétablir les liaisons pour les habitants sinistrés et le seul moyen de se déplacer pour les mois à venir, vers la côte et vers le Piémont.

Alors, soyons audacieux, demandons aux collectivités territoriales et à l’Etat de revenir sur le choix d’abandonner le ferroviaire.

Demandons que les crédits de reconstruction soient affectés en priorité  à la ligne Nice-Vintimille-Cuneo.

Demandons que les trains roulent à nouveau à 80 km/h, que les systèmes de sécurité soient installés pour que les TER aillent jusqu’à  Limone, que soit rétabli le Nice-Turin, que les trajets journaliers reviennent aux cadences d’avant 2013, soit au moins 24 trajets quotidiens, que des navettes de ferroutage soient proposées entre Limone et Breil-sur-Roya, que circulent des trains de nuit pour voyageurs et marchandises entre Nice et Turin. Le rail est plus sûr, plus durable, plus profitable que la route à l’échelle de notre vallée.

                           Faisons de la Roya un exemple de territoire en transition écologique.

Oui, c’est possible. La solidarité est là, mais puisqu’il faut reconstruire, faisons le choix du tourisme vert, de la préservation de la biodiversité, de l’autonomie énergétique et alimentaire, de la résilience.

Transformons notre axe de passage polluant et bruyant en une voie de passage exemplaire, qu’on viendra visiter du monde entier et où on aura envie de vivre ! »